Posts Tagged "Mieux vaut en rire…"

Prendre soin de son char

Posted by on 5 Nov 2016 in Politique | 0 comments

Prendre soin de son char

C’est-tû pas cute? Le monsieur (parce que c’est clairement une affaire de gars au sens genré du terme) a mis une ptite laine sur son char… (Faut dire que l’été il monte même une tente pour le protéger des intempéries.) J’ai l’air de juger, han? Bein oui, je suis coupable. Je sais que je devrais pas, j’y travaille d’ailleurs. Énéwé, on a chacun nos lubies et je suis sûr que le dude en question rirait bien des miennes alors on est quitte. C’est juste que je peux pas m’empêcher de penser qu’il y a du monde qui ont de la misère à se trouver une tite laine pour passer l’hiver, sans parler des réserves autochtones où il y a pas d’eau courante ni d’électricité. En 2016. Au Canada. «Le plus meilleur pays du monde»(dixit Jean...

Read More

Le kiosque à diversion

Posted by on 4 Nov 2016 in Politique | 0 comments

Le kiosque à diversion

C’est-tû pas beau, la civilisation? Chaque fois que j’arrive à la caisse pour payer mon épicerie, je contemple toujours le kiosque à potins avec une fascination morbide, car un jour, avouons-le franchement, notre ridicule nous tuera… Cette fois-ci, c’était trop fort, fallait que je prenne une photo pour mettre dans ma galerie de l’insolite. Trudeau et Jackson dans une seule étagère, un deal qu’on ne peut refuser. Avec la toute chaude nouvelle comme quoi Steven Seagal, réincarnation d’un bouddha et activiste écologique, devenait citoyen russe en louangeant Poutin comme un des plus grands leaders du monde, bein j’ai pas l’choix que de m’étouffer de rire ou fondre en larme — ou les deux à la fois. C’est pas comme si on était en train de matraquer plein d’autochtones qui refusent de voir leur eau empoisonnée… Si au moins Trump pouvait gagner l’élection présidentielle et hâter la fin du monde, ça serait déjà...

Read More

Fuck Flag Day

Posted by on 19 Fév 2016 in Politique | 0 comments

Fuck Flag Day

Légèrement en retard pour vous parler du Flag Day… c’est-tû pas beau tout ça? Perso, j’aime pas trop les drapeaux. Même celui du Québec me donne parfois envie de vomir. Je voulais écrire un billet pour commémorer un Flag Day qui a marqué l’histoire, celui du fameux Shawinigan Handshake, lorsque le premier ministre Jean Chrétien avait personnellement pris les choses en main, à voir sur YouTube. J’avais oublié cet épisode grandiose de l’Histoire jusqu’à ce que j’achète cette bière: Je vous laisse découvrir ça dans un dépanneur près de chez...

Read More

En attendant le Messie — Seppuku virtuel

Posted by on 9 Jan 2016 in Politique | 0 comments

En attendant le Messie — Seppuku virtuel

J’aime bien Justin Trudeau. C’est-à-dire que j’aime le phénomène, de mon humble point de vue de petit politologue, s’entend. Comme la plupart des gens, je me faisais une idée peu flatteuse du fougueux fils de l’autre. Cependant, quelqu’un (me rappelle plus qui… Josée Legault peut-être?) a émis l’hypothèse que c’était une ruse: toutes ses gaffes, son style fanfaron, ses allures de beau gosse, ses déclarations intempestives, etc., l’ont dépeint comme un faible adversaire: un piège. Ce serait la raison pour laquelle les conservateurs ont choisi une campagne longue qui laissait tout le temps à Trudeau de se mettre dans l’embarras. En effet, ils scandaient que Justin n’était pas prêt. Ils ont mangé une christ de claque: si ce n’était de l’épisode du conseiller-qui-aide-les-lobbyistes, il aurait eu un score parfait. Son ascension politique a donc été fulgurante: élu pour la première fois en 2007, il devient premier ministre en 2015… et sur la base de quoi? Mon opinion se résumait à l’idée qu’il était l’archétype même du politicien façon XXIe siècle: beau contenant, aucun contenu. Mais même ça n’est pas tout à fait juste: il avait pour contenu ce que les sondages dictaient que la population voulait. Dans les faits, c’est se leurrer. Il faut écouter l’oraison funèbre qu’il prononce à l’occasion de la mort du père pour s’en convaincre: il place déjà les pions de sa politique. Au fond, il surfe sur la vision que son père avait du Canada. On ne peut donc pas en conclure qu’il n’a rien à proposer. Ça peut nous plaire ou non, mais chose certaine cet homme est un bon acteur. Son discours de victoire est aussi important à mentionner, pour deux éléments importants: Le ton rassembleur (entre autres, le mot together revient souvent et «les conservateurs ne sont pas nos ennemis, mais nos voisins»); L’optimisme, dont le superbe punch final: «We defeated the idea that Canadians should be satisfied with less, that good enough is good enough, and that better just isn’t possible. Well, my friends, this is Canada, and in Canada, better is always possible!» Disons que ça fait longtemps qu’on a pas entendu un politicien nous parler de la sorte… ah oui, j’oublais Jean-Martin Aussant. J’aimerais vraiment une confrontation entre les deux, ça rassemblerait presque à l’époque Trudeau-Lévesque… presque. Évidemment, le discours est une chose. Nous jugerons des actes. Mais il y a quand même une occasion à saisir pour les citoyens, comme on peut le lire dans cet article de Martin Lukaks dans The Guardian: on doit exiger qu’il fasse ce qu’il dise. C’est très idéaliste, son affaire, parce que les gens attendent le Messie et si celui-ci s’avère être un faux prophète, ils baissent les bras et rentrent sagement chez eux. Ce qui m’intrigue surtout dans tout ça, c’est le phénomène médiatique. Les médias adorent Trudeau. (Facile, après Harper. Un ami disait très justement qu’une tranche de baloney aurait été tout aussi rafraîchissante après 10 ans de Grande Noirceur…) Les Étatsuniens sont jaloux de notre sexy PM. Les Français le compare à Kennedy. Tout le monde veut son selfie… Tout ça est bien décourageant. Dans les médias sociaux, il y a de ces nouvelles dont Tout le monde en parle… ça devient des éclipses médiatiques. Cecil the lion. Tremblement de Terre au Népal. Tout dernièrement, Jean-Paul L’Allier est mort. C’est bien beau tout ça. Mais voici la nouvelle que j’aurais aimé que Tout le monde en parle, en date du 4 janvier: Les pdg les mieux payés ont déjà touché le salaire annuel moyen d’un travailleur… Pourquoi aussi peu de tweets ou de posts là-dessus? C’est navrant. Comme ça m’emmerde, j’ai décidé, pour cette raison entre autres, de me faire Seppuku sur Facebook, de me suicider...

Read More

No future à louer

Posted by on 7 Fév 2015 in fourre-tout | 0 comments

No future à louer

Notre civilisation…

Read More

Les anges dans nos campagnes…

Posted by on 29 Déc 2009 in Lettres | 0 comments

… publicitaires ont entamé leur vente à rabais de souhaits usagés! Achetez maintenant et ne payez qu’en 2010, et ce, sans aucun intérêt! Trêve de plaisanteries de mauvais goût. Je profite de cette occasion (voyez comme je suis profiteur…) afin de nous souhaiter — avec toute l’ardeur légendaire que vous me connaissez — un monde meilleur où l’allégresse ne sera point tempérée par l’abjecte déchéance dans laquelle peut (parfois / souvent / à la folie) s’engouffrer l’être humain avec la délectation d’une créature des profondeurs abyssales. Espérons donc que, un grain de sable à la fois, nous puissions bâtir la plage de nos rêves et que la prochaine décennie sera ensoleillée, ainsi que les suivantes. Veuillez graver dans votre cœur en lettres dorées, chers amis, mes plus chaleureuses et fraternelles salutations. P.-S. : 1) La formule salutations doit être ici — comme partout où je l’écris, d’ailleurs — rapprochée du salut entendu comme « le fait d’échapper à la mort, au danger, de garder ou de recouvrer un état heureux, prospère » ainsi que comme « formule exclamative par laquelle on souhaite à qqn santé, prospérité ». 2) Veuillez prévoir des parasols et de la crème solaire pour ne pas attraper un cancer de la peau, ça serait plate de ne pas pouvoir profiter de ladite...

Read More

Autant en emporte le vent…

Posted by on 1 Août 2008 in fourre-tout | 7 comments

Autant en emporte le vent…

Et bien oui, je ne suis pas assidu… mais c’est si dur! Aucune excuse possible, je sais; cependant, le Creuzet profite de l’été quand il daigne passer et l’inspiration ne se commande pas par grosses au magasin général (NDLR: Qu’est-ce qu’une grosse? C’est une douzaine de douzaines, et non ce que votre esprit tordu a pu imaginer…). Patience, cher lecteur avide: —je l’écris au singulier, car je n’en connais qu’un seul qui soit vraiment avide. S’il en existe d’autres, manifestez-vous, vous pourriez me faire sentir encore plus cheap et peut-être que ce sentiment me botterait l’entrain arrière— j’ai plusieurs idées qui mijotent sur le Creuzet; elles restent toutefois inachevées pour mille et une raisons, toutes aussi inexcusables les unes que les autres, mais qui dans l’ensemble forment une forteresse inexpugnable pour ma faible volonté… En attendant, je vous offre ce petit collage pour vous aider à passer le temps. Il est tiré de mes carnets brésiliens, ce qui date — grands dieux! — de bien trop longtemps, et il montre à quel point certaines choses ne changent pas. P.S. Une chance que le Creuzet ne traite pas d’actualité, il y a belle lurette que j’ai perdu le fil; ce n’est pas pour rien d’ailleurs, je sais pertinemment que je suis un autre fuseau horaire parallèle à l’horolocratie dominante, en fidèle émule de mon ami el...

Read More

Le vernis laïque

Posted by on 2 Jan 2008 in Politique | 3 comments

Moi, premier d’entre les athées, me déclare chrétien sans ambages et au Diable les professions de foi inversée! En effet, si vous grattez — ne serait-ce que du bout du doigt! — le vernis qui recouvre splendidement notre civilisation, vous découvrirez rapidement qu’il sert au mieux de trompe-l’œil et au pire d’alibi. Les trois piliers qui fondent notre univers (occidental) se nomment ainsi: science, droit et capitalisme. Observons attentivement chacun d’eux, car leurs nobles idéaux cachent certaines réalités brutales. La quête de la science (occidentale) se résume, outre la bienveillante volonté de connaître entendue comme une fin en soi, la maîtrise de la nature. Dieu ne nous avait-il pas fait à son image, pour régner en tant que subalterne sur ce monde qu’Il avait créé? Ce dessein nous a menés à beaucoup plus de pouvoir que de savoir. En effet, notre capacité à prévoir les conséquences de nos actes est bien piètre en regard de notre potentiel d’action. Le droit (occidental) — que l’on veut universel — clame que tous sont égaux. N’y a-t-il pas là un relent de soutane? L’Église nous enseignait naguère que nous étions tous les enfants de Dieu et qu’Il n’avait pas de favori… Vraiment? Et cette histoire que les derniers seront les premiers? Qu’importe! Nous nous prélassons aujourd’hui dans les moelleux coussins des droits de l’Homme. Alors pourquoi Diable avons-nous senti le besoin de créer une charte des droits de l’Enfant? Et puis dernièrement, des droits autochtones? À quand les droits de la Femme? Et des 12 à 18 ans, cette catégorie exceptionnelle correspondant à l’âge le plus ingrat et de laquelle personne ne sort sans écorchures? Serait-ce que le substantif homme n’équivaut pas substantiellement à humain? D’un autre point de vue, le droit qui sous-tend la propriété est un impératif de la science qui maîtrise la nature. Dieu nous a donné la terre pour l’administrer selon notre bon vouloir. Nous, humains (ou hommes?), et personnes d’autres (avis aux Martiens convoiteux). Enfin, corollaire des deux premiers piliers, nous nous sommes donné comme mode de fonctionnement le capitalisme, ce système qui fonctionne tant bien que mal (j’ajouterais plus mal que bien, mais j’imagine que c’est un peu comme une coupe de vin à moitié vide ou à moitié pleine). Dieu nous a donné la terre, Il nous a laissé entendre que nous devions la maîtriser, et bien pourquoi ne pas la faire fructifier un peu en passant? L’humain, gérant du monde connu, doit bien pouvoir se prendre une cut en récompense de son dur labeur… Et pourtant, l’Église, malgré tous ses torts, a longtemps proscrit...

Read More

Retour sur le premier juillet

Posted by on 16 Juil 2007 in Politique | 2 comments

Retour sur le premier juillet

La folie est passée depuis deux semaines déjà. Les montagnes de détritus ont disparu. Quelqu’un m’a déjà dit: «Quand j’suis arrivé à Québec, j’avais pas d’meubles pis j’ai tout trouvé dans la rue le premier juillet. Pis c’est là qu’ça va retourner quand j’vâs m’en aller…» Ça devient donc une forme d’économie parallèle… On m’a aussi déjà dit: «Si on fabriquait des objets qui durent, on travaillerait moins pis on profiterait plus de la vie.» Cécité, courtermisme et obsolescence programmée auront raison de...

Read More