Posts Tagged "Arts"

Street art et politique = Banksy

Posted by on 19 Juil 2018 in Dans l'oeil du cyclope, Scribouillure | 0 comments

Street art et politique = Banksy

Mes pérégrinations dans la métropole canadian ont aussi un aspect culturel. Je suis pas trop un gars de musée, en partie parce que j’aime connaître un artiste, sa vie et son processus de création, afin d’apprécier pleinement son art. C’est aussi parce que j’aime la culture vivante, les gens en particulier et ce qui surgit spontanément d’eux, ce pour quoi j’aime bien le street art. Je suis allé faire un tour à Graffiti Alley au centre-ville de Toronto pour voir si j’y trouverais pas exactement cela. Ç’a valu la peine. Du bel art, mais il me...

Read More

Le processus — Discours de prof stagiaire

Posted by on 31 Oct 2017 in Scribouillure | 0 comments

Le processus — Discours de prof stagiaire

(C’est le discours que je n’ai pas prononcé à l’été 2016 lorsque j’ai reçu mon grade de professeur stagiaire au sein du groupe Capoeira Sul da Bahia – Québec. Je le ressors un an plus tard à la veille de notre événement annuel.) Quand j’étais petit, je rêvais de devenir ninja. Oui, je sais, pas mal de ‘tits gars rêvent à ça. La différence, c’est que je m’entraînais. Moi pis un de mes bons chums, on faisait des pirouettes pis on se donnait des vrais coups. Maxime Brillant. Je sais pas ce qui lui est advenu. Ça serait hot qu’il soit ici aujourd’hui… Quand j’ai...

Read More

Dédé traqué

Posted by on 3 Juin 2014 in Le hamster dans la roulette, Les mots des autres, Scribouillure, Sonder l'insolite | 0 comments

(Je voulais écrire quelques réflexions post-électorales… mais c’est jamais sorti. Semblerait que ce soit pas si important. Voici donc quelque chose qui me tient pas mal plus à cœur…) Sur les traces de Dédé des Colocs Dernièrement, et ça faisait longtemps que je voulais le faire, j’ai lu deux livres sur André Dédé Fortin du groupe Les Colocs : un de Raymond Paquin, son agent, l’autre de Jean Barbe, écrivain. Pourquoi s’est-il suicidé? Paquin n’avance pour sa part que peu d’explications, se contentant de relater les événements de son point de vue, et à sa manière assez...

Read More

Souveraineté absolue

Posted by on 20 Jan 2012 in Éducation et (r)évolution, Cité et civilisation, Scribouillure | 2 comments

Dans un livre sur le développement de l’enfant, l’auteure faisait cette distinction entre indépendance et autonomie: la première qualité, c’est cette capacité de faire les choses par soi-même, sans l’aide de personne, alors que la seconde implique de décider par soi-même ce que l’on veut faire. C’est une distinction assez différente de celle que l’on opère généralement en science politique où, en résumé, l’indépendance représente la souveraineté externe, c’est-à-dire la capacité d’agir sur la scène internationale de son propre chef, alors que l’autonomie est synonyme de souveraineté interne,...

Read More

Hors-d’oeuvre pour Alimenter la réflexion

Posted by on 9 Oct 2010 in Dans l'oeil du cyclope, Scribouillure | 0 comments

Hors-d’oeuvre pour Alimenter la réflexion

Read More

Le poing sur la vie

Posted by on 19 Sep 2010 in Éducation et (r)évolution, Enfance et paternité, Le hamster dans la roulette, Scribouillure | 1 comment

Mon fils est fils de prof, et il me donne déjà des leçons: sur la vie. J’apprends tous les jours. Il n’y a pas de tests à proprement parler. Tout moment est un test en soi. La leçon qui revient incessamment, c’est celle de la patience. J’aurais jamais cru qu’ça puisse être si tough… Mais le fait que chaque moment soit un test comporte un élément fort appréciable: on a toujours la possibilité de se reprendre au prochain! Dernièrement, les obligations s’amoncelant comme des ordures dans le grand dépotoir qu’est notre société de consommation (lire : de gaspillage), le temps se faisant...

Read More

N’être dénué

Posted by on 20 Mar 2010 in Éducation et (r)évolution, Enfance et paternité, Scribouillure | 3 comments

Il y a un an naissait mon fils. Contempler son évolution féconde la réflexion de manière assez intense. Cette paradoxalement lente mais fulgurante croissance a fait naître quelques constats sur la vie. Les voici. En premier lieu, le plus fascinant, c’est les millénaires d’évolution de l’humanité que l’on revit en accompagnant le développement de sa petite bête. Il naît adapté à l’eau, être aquatique dont les mouvements erratiques rappellent plus les coups de nageoire — on dirait quasiment qu’il a les mains et les pieds palmés! — que le déplacement terrestre, il faut un bon six mois avant de...

Read More

Koan de la douche froide

Posted by on 24 Sep 2009 in Fables de fantaizie, Scribouillure | 0 comments

Un jour, dans le monastère Paar Dung, le novice Lee Lu Ming prenait une douche bien chaude après une journée de dur labeur. C’est alors que le maître Chi Han ordonnât que vaisselle se fasse, et l’eau chaude fut complètement déviée de sa trajectoire, si bien que Lee Lu Ming reçut un jet glacial en pleine figure (pour ne pas parler du reste de son corps). Il atteignit alors l’Éveil, mais ne perdit aucune seconde pour se sécher et enfiler sa toge, tout souriant de béatitude.

Read More

Philopoétique bruceleeenne

Posted by on 28 Juil 2009 in Éducation et (r)évolution, L'âme de Malamalgamey, Les mots des autres, Scribouillure | 1 comment

En faisant quelques recherches sur les arts martiaux, je me suis penché sur la figure de Bruce Lee. Une légende. Voire un mythe — entendu ici au sens de «récit symbolique qui donne un sens à la vie, à l’action». Tout le monde connaît la façade, certes, mais je crois que bien peu connaissent qui se cache derrière: quelqu’un qui a longuement réfléchi sur les arts martiaux, il va de soi, mais également sur la vie et l’art en général. En écoutant des entrevues, j’ai trouvé qu’il avait un discours articulé. J’ai donc fouillé un peu plus loin pour découvrir...

Read More

Ce que Dédé en pense

Posted by on 5 Mar 2009 in L'âme de Malamalgamey, Scribouillure, Sonder l'insolite | 2 comments

Ils font un film sur Dédé Fortin. Ils, c’est plusieurs personnes, par définition. C’est premièrement un réalisateur, Jean-Philippe Duval, connu pour le très bédéesque Matroni et moi, moins connu pour ses nombreux documentaires, dont un sur Ducharme. Dans son Mot du réalisateur, il dit avoir rencontré Dédé une seule fois, mais en être intime… Je comprends ce paradoxe, moi qui ne l’ai jamais rencontré du tout et qui ressens néanmoins la même émotion. Sa vision spirituelle de ce film me donne bon espoir. L’autre personne d’importance, celui qui incarne Dédé:...

Read More