Posts Tagged "Grain de sable dans l’engrenage"

Le vernis laïque

Posted by on 2 Jan 2008 in Politique | 3 comments

Moi, premier d’entre les athées, me déclare chrétien sans ambages et au Diable les professions de foi inversée! En effet, si vous grattez — ne serait-ce que du bout du doigt! — le vernis qui recouvre splendidement notre civilisation, vous découvrirez rapidement qu’il sert au mieux de trompe-l’œil et au pire d’alibi. Les trois piliers qui fondent notre univers (occidental) se nomment ainsi: science, droit et capitalisme. Observons attentivement chacun d’eux, car leurs nobles idéaux cachent certaines réalités brutales. La quête de la science (occidentale) se résume, outre la bienveillante volonté de connaître entendue comme une fin en soi, la maîtrise de la nature. Dieu ne nous avait-il pas fait à son image, pour régner en tant que subalterne sur ce monde qu’Il avait créé? Ce dessein nous a menés à beaucoup plus de pouvoir que de savoir. En effet, notre capacité à prévoir les conséquences de nos actes est bien piètre en regard de notre potentiel d’action. Le droit (occidental) — que l’on veut universel — clame que tous sont égaux. N’y a-t-il pas là un relent de soutane? L’Église nous enseignait naguère que nous étions tous les enfants de Dieu et qu’Il n’avait pas de favori… Vraiment? Et cette histoire que les derniers seront les premiers? Qu’importe! Nous nous prélassons aujourd’hui dans les moelleux coussins des droits de l’Homme. Alors pourquoi Diable avons-nous senti le besoin de créer une charte des droits de l’Enfant? Et puis dernièrement, des droits autochtones? À quand les droits de la Femme? Et des 12 à 18 ans, cette catégorie exceptionnelle correspondant à l’âge le plus ingrat et de laquelle personne ne sort sans écorchures? Serait-ce que le substantif homme n’équivaut pas substantiellement à humain? D’un autre point de vue, le droit qui sous-tend la propriété est un impératif de la science qui maîtrise la nature. Dieu nous a donné la terre pour l’administrer selon notre bon vouloir. Nous, humains (ou hommes?), et personnes d’autres (avis aux Martiens convoiteux). Enfin, corollaire des deux premiers piliers, nous nous sommes donné comme mode de fonctionnement le capitalisme, ce système qui fonctionne tant bien que mal (j’ajouterais plus mal que bien, mais j’imagine que c’est un peu comme une coupe de vin à moitié vide ou à moitié pleine). Dieu nous a donné la terre, Il nous a laissé entendre que nous devions la maîtriser, et bien pourquoi ne pas la faire fructifier un peu en passant? L’humain, gérant du monde connu, doit bien pouvoir se prendre une cut en récompense de son dur labeur… Et pourtant, l’Église, malgré tous ses torts, a longtemps proscrit...

Read More