Fables de fantaizie

Le hameau des ombres

Posted by on 11 Juil 2013 in Fables de fantaizie, Montées de lettres, Scribouillure | 0 comments

Ne restait plus rien. Ou presque. Le gars qui m’a vendu sa maison était soulagé, d’un soulagement égal à qui a traversé le désert pendant plus longtemps qu’il le devrait et mes piastres avaient l’effet de trop d’eau déversé à même le goulot sur sa tête dénudé… Car il avait autant de cheveux qu’il y avait d’habitants au hameau de Saint-Nil. C’est pas peu dire. Pour moi, c’était une occasion, ou tout comme. J’avais pas beaucoup d’argent et il vendait pas cher, content de se débarrasser de ce poids qui pesait de plus en plus lourd au fur et à mesure que l’exode empirait. Bientôt, le Québec se...

Read More

Koan de la douche froide

Posted by on 24 Sep 2009 in Fables de fantaizie, Scribouillure | 0 comments

Un jour, dans le monastère Paar Dung, le novice Lee Lu Ming prenait une douche bien chaude après une journée de dur labeur. C’est alors que le maître Chi Han ordonnât que vaisselle se fasse, et l’eau chaude fut complètement déviée de sa trajectoire, si bien que Lee Lu Ming reçut un jet glacial en pleine figure (pour ne pas parler du reste de son corps). Il atteignit alors l’Éveil, mais ne perdit aucune seconde pour se sécher et enfiler sa toge, tout souriant de béatitude.

Read More

Des anges dans la nuit

Posted by on 25 Mar 2007 in Fables de fantaizie, Scribouillure | 0 comments

Gustave Gontran Geoffroy Gaspard de Grandgalet n’était pas homme à avoir peur de l’inconnu. Depuis le jour où il avait quitté sa bourgade natale en compagnie de Fradéric Narois Noron Nuvel de Moulinvif sur l’ordre des chamans afin de retrouver et protéger la mère de l’enfant de l’Oracle, il avait vu tant de merveilles et d’horreurs que rien ne pouvait le dérouter. Ou ainsi pensait-il, même s’il s’en étonnait parfois. Fradéric et Gustave furent, de tous ceux qui partirent, les guerriers qui trouvèrent la mère de l’enfant. Les péripéties...

Read More

(Dys)Fonctionnariat de la routine

Posted by on 18 Mar 2007 in Fables de fantaizie, L'insipide a mauvais goût, Scribouillure | 2 comments

Son nom, Rénald. Sa profession, fonctionnaire. Il revenait tranquillement du bureau. Sa vie était si prévisible, et cela l’ennuyait à mort. Toujours le même paysage qui défilait par la fenêtre de l’autobus. Les mêmes visages assis aux mêmes bancs. Ou presque. Tiens, Joe Béleau avait changé de coiffure aujourd’hui. Mais jamais il n’aurait teint ses cheveux en vert! Non, définitivement trop prévisible. Rénald était entré dans une sorte de torpeur de la routine. Il faisait mécaniquement les mêmes gestes depuis des années. Répétant inlassablement la même scène comme un acteur blasé,...

Read More