L’hymne des grillons

Posted by on 27 Août 2017 in Lettres | 0 comments

À l’heure de l’hymne des grillons vrombissant,

Fumer a quelque chose de princier et de décadent.

Humer l’air du temps m’apparaît reposant

après avoir suer sû un moyen temps

 

Attentif à l’instant, ce qui surgit du Néant

être là sans y être, sans faire semblant

immobile comme les mythes immémoriaux

anciens augures d’une autre nature

d’un rite oublié

 

Mon petit rituel du matin vacancier

lors que les premiers rayons de soleil

baignent ma terrasse pour la réchauffer:

plume, café, contemplation et poésie sans pareil

 

À l’hymne des grillons du soir

cède le chant des oisillons et la rumeur

de la cité flamboyante, les chars rutilants

envahissent tout, nul n’est à l’abri

piétons et cyclistes: soyez prudents

car la vie à toute vitesse ne pardonne pas;

un seul faux pas et c’est le trépas.

 

L’hymne des grillons de la ténèbre chaude d’août

signe des sillons qui réverbèrent dans ma lymphe

Fou, Dionysos m’invite à l’ébriété des splendeurs

Soûl, je suis enchaîné à des désirs irréalisables

(Mal) Habilement je me fraie un passage de lucidité

Le sage me pointe la Lune, lueur d’espoir d’éternité

insaisissable, serai-je l’idiot du village

ou le disciple de la vertu tumultueuse?

La vie m’apparaît nébuleuse

et la raison du pourquoi de ma présence

en ces lieux et cette époque m’éblouit:

suis-je l’élu de ma destinée?

Ou simple badaud qui lèche les vitrines de l’existence

sans avoir les moyens de payer ces artifices qui m’envoûtent avec insistance?

Je suis sous le charme de la chimère

Je dois choisir et pour cela je dois me taire:

Soit me laisser aller,

longue défaite, mourir à petit feu;

Soit combattre,

la tête haute même les pieds dans la boue,

le torse bombée même si je suis à genou,

le regard perçant même si j’en ai pas l’goût

la parole impeccable même si j’avoue que j’aurais juste envie de hurler toute l’insanité qui m’habite trop souvent, par moment;

je suis les deux faces de la même médaille:

sage et stupide

victorieux et vendu

amant et haïssable

père et perdu

fils et sans attache…

Dans le calme de l’instant serein,

tout apparaît clairement,

mais une fois la première flèche décochée,

dans la furie de la mêlée, je m’emporte

et la rage me transporte,

je suis possédé par ce moi qui m’enduit d’erreur,

il faut laver cette boue qui me leurre,

redécouvrir ce qui se terre sous l’écorce endurcie des âges:

l’innocence que tua la nécessité de survivre dans un monde hostile,

cette impérative autonomie qui nous détache brutalement

la plupart du temps

du cordon ombilical divin

pour nous faire humain

le temps d’un court passage dans le flot trouble des eaux existentielles,

ma singularité ira rejoindre la bibliothèque des soupirs et des joies millénaires,

enrichissant d’autant plus le patrimoine des paradis perdus,

la quête continue,

tout ce qui arrive n’est qu’un acte de foi,

cette fois comme toutes les autres,

les autres et moi-même ne formant qu’un tout de plus dans les possibilités innombrables qui attendent le rêveur sur le chemin de l’illumination infinie,

l’étoile luit qui les rois conduit vers l’éternelle demeure de l’esprit content d’être ici,

peu importe ni le où ni le quand,

car ce qui compte c’est être ici maintenant.

Leave a Reply