Violence aveugle contre violence invisible

Posted by on 6 Déc 2016 in Politique | 0 comments

une-pensee-aux-familles-des-vitrines

Quelques vitrines pétées au centre-ville de Montréal créent bien des émois chez les bonnes gens.

Pour une réflexion nuancée, lire François Boucher et Jocelyn Maclure.

Pour ma part, comme Jonathan Aspireault-Massé, je crois que tant que la violence invisible causée par l’égoïsme institutionnalisé ne deviendra pas un enjeu plus important que le vandalisme, on s’en sortira pas.

C’est le sarcasme quotidien que nous sert le système: les pauvres peuvent bien crever, tant que la production augmente et que le consumérisme continue de nous mener à notre perte.

Après, les bonne gens s’étonnent que les pauvres répliquent par des gestes insensés.

Que leur reste-t-il?

Acculée au désespoir, l’humanité n’entend rien à la raison.

Leave a Reply