La vie moins rêche

Posted by on 2 Déc 2016 in Lettres | 0 comments

Je me lasse d’être lâche—
le morceau avant qu’y soit trop tard,
y’est jamais trop tôt pour recommencer sa vie à nouveau:
mieux vaut tard que jamais pour le vieux motard que j’étais,
sans regard en arrière,
si tu fais fausse route,
fais marche arrière,
reste pas assis sur ton derrière,
une déroute, c’est pas perdre la guerre:
tiens-toi deboutt, même de peine et de misère,
mille fois relève-toi coûte que coûte;
tu trouveras le repos dans l’outre-tombe,
dans un autre monde est possible,
fixe la cible et recommence autant de fois qu’il le faut,
passe au crible chaque pensée, chaque geste, chaque mot,
et polis tes politesses;
ta vie est un livre dont vous êtes le héros,
si tes aventures se terminent dans d’atroces souffrances,
recommence à zéro,
la délivrance est pas au boutt du rouleau,
l’espoir du Grand Soir est un faux—
pas de plus dans l’erreur est humaine,
l’errance est saine pour le héros
en quête du Vrai, du Bon, du Beau:
dans les sentiers battus point de salut;
lâche prise et prise l’acharnement dans l’art de la prise de risque rien n’a rien;
le hasard, les aléas, les coïncidences, la chance n’existent pas:
rien n’arrive pour rien,
toutt est dans toutt,
l’arbre est dans ses feuilles
et tu dois faire ton deuil;
la vie n’est pas un roman:
il n’y a pas de fin,
encore moins de moyens d’y parvenir,
personne ne vit heureux jusqu’à la fin des temps,
même en ayant beaucoup d’enfants,
il n’y a pas de Grand Soir,
mais plein de petites matinées ensoleillées alimentant l’espoir
qui avec l’amour et l’eau fraîche
rendent la vie moins rêche.

matinee-ensoleillee

Leave a Reply