Mon beau sapiens, roi des follets

Posted by on 24 Déc 2009 in Lettres | 0 comments

Comme un flot noir continu résonnent les paroles maculées sur ce papier autrement virginal — la fine fleur des arabesques cérébrales se répand sans hiatus — flot éternel qui berce l’esprit et l’hypnotise — finalité simplissimement grandiose qu’est l’éloquence de l’écho pour l’ouïe de la brise perdue en des lieux déconcertants — je cherche, je cherche — que vois-je au loin? — simple mirage ou complexe virtuel? — la vie vogue vaille que peut, peut-être, sait-on jamais — je me souviens — je cherche pour mieux m’étourdir — trop de questions pour ne pas sentir la vie mourir ici-bas — pourquoi pas? — vitriolique diffamation sur la place publique de mon for intérieur, telle une clameur sourde à mes oreilles surstimulées — ouïe-je-le-veux!? — que veux-je vraiment? — que voulez-vous? — homo sapiens sapiens — mon beau sapiens, roi des follets, que j’haïs ton manque d’envergure! — chambre obscure où se révèle la vie négative — à quand la révélation des couleurs bigarrées? — restez à l’écoute pour la suite! — Saturne s’attendri…

Leave a Reply