Exponentiellement dépassé

Posted by on 11 Déc 2008 in Arts | 4 comments

Quelqu’un m’a fait découvrir le vidéo Did You Know? du groupe Shift Happens, qui veut repenser l’éducation en fonction du changement technologique opérant à travers le monde. Le ton alarmiste que peut prendre ce genre de discours (ce n’est pas le cas de ce vidéo) me fait souvent réfléchir.

Chaque génération se sent dépassée par les changements de son époque. Les défis que posent ces transformations semblent souvent insurmontables, mais ils ne le sont pas: si nous les considérons ainsi, ils cessent d’être des défis. Un problème qui n’a pas de solution n’est pas un problème, c’est simplement une catastrophe — un événement intrinsèquement inéluctable.

Pourtant, l’humain se trouve sur terre depuis des milliers d’années et, bien que la situation demeure loin de l’idéal, la race survit.

Depuis que l’humain a découvert l’usage du feu, il s’est embarqué sur la route de l’outillage. L’outil engendre cependant un paradoxe: inventé pour faciliter la vie de l’humain, il assujettit celui-ci en retour. Il complexifie l’environnement autant qu’il simplifie certaines tâches. L’outil n’est rien de moins qu’une prothèse qui pallie nos faiblesses, et comme toute prothèse, ce n’est qu’une solution imparfaite.

La complexification de l’environnement a pour effet d’aliéner les générations antérieures aux changements, qui se sentent dès lors dépassées, et crée des problèmes insolubles (ou paraissant comme tels) pour les générations postérieures.

Qui plus est, les conséquences de ces problèmes ne se font pas sentir immédiatement, et l’humain ne voit rien venir parce qu’il a développé une très grande capacité d’action, mais une relativement faible capacité de prévision.

Cet état de fait change tranquillement. Il y a 30 ans, seuls quelques illuminés parlaient d’écologie. Aujourd’hui, tout le monde se clame vert. La civilisation ne demeure toutefois qu’un mince vernis — à peine quelques milliers d’années sur une évolution qui en compte des centaines de milliers. Dieu seul sait faire des miracles. L’humain doit se contenter d’outils.

Aujourd’hui, les multinationales dominent le monde. Hier, c’était les seigneurs féodaux, guère mieux que des brigands qui avaient compris qu’au lieu de piller la population, ils pouvaient demander un tribut en échange de “protection” — c’était beaucoup moins fatigant et ça régularisaient les revenus.

Enfin, qui a dit que l’humanité devait survivre? Comme une réaction chimique, notre but réside peut-être dans la transfiguration même de ce monde que nous parasitons… Cela dit, nous pouvons tout de même tenter de repousser l’apocalypse.

En terminant, je vous laisse sur une citation de Socrate: «Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l’autorité et n’ont aucun respect pour l’âge. À notre époque, les enfants sont des tyrans.»

Me semble j’ai déjà entendu ça quelque part… comme quoi ça fait longtemps que le monde va mal!

4 Comments

  1. Ça fait toujours du bien de s’installer avec une tisane et prendre un peu de recul avec un bon slideshow de progrès planétaire frénétique.

    L’évolution est fascinante et on peut même s’acheter un réveil-matin qui est en fait un puzzle pour enfant… à l’heure voulue, les pièces colorées explosent dans toutes les directions et la sonnerie stridente ne s’arrêtera pas tant qu’on aura pas retrouvé et replacé tous les morceaux. Cette invention en soi est un microcosme de l’humanité technologifiée. À la fois génial et abrutissant.

    Ne nous surprenons plus à répéter allègrement que le monde va mal. J’adore ton concept de « vernis ». Je suis aussi d’avis qu’il est bien mince, et je crois que ce qui se cache derrière c’est la sélection naturelle. De mon vivant, j’ai encore vu aucune technologie qui fournissait une nourriture raffinée à l’âme humaine. Prochain reportage choc: Super Size Me version « âme humaine ». Après on va comprendre ce que ça signifie, une âme obèse morbide.

    Pour les intéressés, trouvez le film « La Belle Verte », déliez tous vos vêtements encombrants et infusez-vous donc une 2e tisane à ma santé.

  2. Le vernis n’est pas mon concept… mais je ne saurais dire où je l’ai pris. (Peut-être est-ce le mien après tout!)
    J’ai adoré La belle verte!
    C’est cela qui est étonnant de l’évolution humaine: on a préféré investir dans les outils. On aurait pu suivre la voie des yogi, mais non! Trop compliqué. Ça demande de l’effort et de la discipline, et le résultat ne vient qu’après des années. Beaucoup plus simple d’aller écraser quelqu’un à mort dans un Wal-Mart pour trouver le réveille-matin dont tu parles…

  3. Pour ceux qui voudraient voir La belle verte, il y a une version avec sous-titres portugais (!) sur YouTube.

  4. hahaha!
    Merci pour la réponse et le lien!

Trackbacks/Pingbacks

  1. :: Les Chroniques Créoles du Creuzet :: » Besoins de primate - [...] à ce qu’il connaît et a horreur de l’incertitude, du flou, de l’inconnu. La vie le dépasse sans cesse,…

Leave a Reply