Noël, fête païenne

Posted by on 10 Déc 2007 in fourre-tout | 2 comments

Le temps des excès s’en vient, gages de félicité. Aujourd’hui, peu de gens célèbrent encore Noël en allant à la messe de minuit. C’est redevenu une fête païenne.

En effet, en dessous du vernis chrétien se cache d’anciennes célébrations impies dont l’élément commun résidait souvent dans le fait que l’on célébrait le retour de la lumière, symbolisé par les nuits qui avaient atteint leur apogée et par les jours qui allaient dorénavant en s’allongeant.

C’est donc dire que depuis des millénaires, les gens se rassemblent grosso modo à la même époque de l’année pour commémorer la vie en se réunissant sous le thème de la lumière qui renaît, perpétuant la tradition sous divers visages.

2 Comments

  1. C’est absolument fascinant! Merci de nous ramener à l’esprit que les fêtes du calendrier ont un sens, une origine. Je savais pas que Noël (ou ses racines) c’était si ancien que ça! Ayoye! Hormis toutes les significations qu’on peut donner à Noël, un symbole très fort est que cette fête a lieu presque en même temps que la transition d’une année à l’autre (que ça soit sur la version grégorienne ou julienne du calendrier). Ça fait penser à un rite de passage, une sorte de fin de session quoi, mais pour tout le monde.

  2. J’aime bien l’idée de la fin de session, ça me parle. Cette effervescence de fin d’année a vraiment quelque chose de magique! L’autosuggestion, c’est fort: les êtres humains se disent: «Ce moment de l’année est hautement significatif, célébrons-le!» Et même si nous n’y croyons guère, nous n’avons pas le choix de sentir que c’est un moment spécial puisque tout le monde y croit et agit en conséquence.

    Joyeux noël!

Leave a Reply