Retour sur le premier juillet

Posted by on 16 Juil 2007 in Politique | 2 comments

La folie est passée depuis deux semaines déjà.

Les montagnes de détritus ont disparu.

Quelqu’un m’a déjà dit: «Quand j’suis arrivé à Québec, j’avais pas d’meubles pis j’ai tout trouvé dans la rue le premier juillet. Pis c’est là qu’ça va retourner quand j’vâs m’en aller…»

Ça devient donc une forme d’économie parallèle…

Fauteuil abandonné cherche propriétaire bienveillant

On m’a aussi déjà dit: «Si on fabriquait des objets qui durent, on travaillerait moins pis on profiterait plus de la vie.»

Cécité, courtermisme et obsolescence programmée auront raison de nous…

Rue du 1er juillet

2 Comments

  1. La poubelle est un trou noir, et le camion à ordures une solution. Du plus petit emballage qui disparaît comme par magie quand la pause Kit Kat est finie, au gros divan devenu encombrant, ces choses-là ne nous concernent plus une fois qu’elles sont sorties du quadrilatère-frontière que représente notre petit territoire personnel. C’est une autre juridiction, le monde magique des objets.

    Importante prise de conscience que de se rendre compte que les objets existaient sans nous avant qu’on les possède, et continueront d’exister (pendant longtemps) après qu’on les aie jetés.

  2. Ce qui nous ramène à la bonne vieille question philosophique de base: L’ordure qui tombe dans le dépotoir fait-elle vraiment du bruit s’il n’y a personne pour l’entendre?

    Et, surtout, pue-t-elle vraiment?

Leave a Reply